démence

Dernier ajout : 30 juillet 2013.

On peut définir la démence comme une atteinte acquise du fonctionnement cognitif altérant progressivement les activités socio-familiales et professionnelles du sujet. La cognition comprend : l’attention / la concentration, la mémoire, l’apprentissage, la compréhension, la reconnaissance (les gnosies), les praxies (les gestes devenus automatiques) et les fonctions exécutives. Les facultés cognitives sont une singularité de l’être humain qui lui permettent d’acquérir diverses informations sur son environnement. Plus la personne démente perd ses facultés, plus l’expression verbale et la gestion des émotions deviennent problématiques.

Dans le cadre de la maladie d’Alzheimer, on remarque très rapidement dans l’évolution de la pathologie une difficulté d’expression verbale. Cette dernière devient un langage sans signification pour l’entourage du malade. La personne démente sera principalement attentive à la manière de s’exprimer (débit, volume et timbre) et non au message émis. L’expression vocale, par le chant, prend donc sens auprès de ce public, dans un cadre thérapeutique.

La musicothérapie va alors s’appuyer sur le plaisir de chanter. Ce plaisir se retrouve également dans les animations mais dans un cadre musicothérapeutique, le plaisir n’est pas le but mais le point de départ de la prise en charge. La musicothérapie offre à la personne démente un espace où elle peut s’exprimer librement de manière non verbale. Cet espace relationnel stimulant va lui permettre de se sentir écoutée et entendue. Le musicothérapeute rencontre le malade là où il en est.

La musicothérapie a alors pour objectif de stimuler les émotions, les aptitudes cognitives restantes, les pensées et les souvenirs pour permettre l’expression. Elle s’appuie donc sur une stimulation au niveau sensoriel, affectif, cognitif, comportemental et social. Elle cherche à renforcer les possibilités, les capacités de la personne démente.

Certains auteurs tendent à montrer dans leurs études que l’utilisation de la musicothérapie auprès de personnes atteintes de démence de type Alzheimer diminuerait l’anxiété (par sa mise en jeu) et donc le recours aux psychotropes. Les émotions véhiculées par la musique peuvent apporter un sentiment de calme, de détente, de mieux être dans un cadre contenant qui est le cadre thérapeutique.

La perception, la sensibilité, l’émotion et la mémoire musicales peuvent survivre longtemps après que les autres formes de mémoire ont disparu. Par conséquent, la musique apporte beaucoup en termes d’orientation et d’ancrage. Certains parlent de persistance de la mémoire musicale dans la pathologie démentielle. La pratique musicale, selon eux, n’est pas un luxe mais une nécessité.D’une séance de musicothérapie à une autre, on peut entrevoir des séquences musicales similaires induites par le patient.